Snorkeling à Koh Tao

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tous ceux qui ont déjà mis le pied en Thaïlande savent bien à quel point ce pays est agréable en général et combien les spots de plongée y sont nombreux. C’est la destination parfaite pour des vacances en familles, car le séjour y est aussi savoureux pour les férus d’air comprimé que pour les non-plongeurs. Si la plongée bouteille est une des activités reines des côtes thaïlandaises, les fonds sous-marins sont si riches qu’il n’est nul besoin de s’embarrasser d’un matériel lourd et encombrant pour en profiter. La randonnée PMT permet en effet de découvrir toute la faune et les paysages aquatiques en totale liberté. Et puisque les articles traitant de Phuket, de Koh Phi Phi ou de leur voisines de la Mer d’Andaman sont déjà légion, nous avons décidé de vous faire partager une expérience de snorkeling côté Golfe de Thaïlande.

Les îles étant beaucoup moins nombreuses de ce côté-ci, notre choix c’est vite reporté sur la minuscule île de Koh Tao qui se situe légèrement au Nord Ouest de Koh Phan Ngan. La plupart des touristes s’arrêtent logiquement à Koh Samui. Beaucoup plus grande et plus urbanisée, la présence de l’aéroport à induit un développement touristique effréné de cette île qui a perdu du même coup beaucoup de son charme. Pour qui aime les palaces 4* avec jacuzzi sur la terrasse, c’est parfait. D’autant que les plages sont quand même restées magnifiques. Mais pour les plongeurs et pour tous ceux qui aiment l’aventure, rien ne vaut Koh Tao qui comme toute destination de charme, se mérite. Car après les heures d’avion, c’est deux heures de bateau qui nous attendent. Les embarcations faisant la traversée quotidienne sont nombreuses et on en trouve à tous les prix, donc nul besoin de réserver. Les bateaux font tous escales à Koh Phan Ngan, un peu plus au nord, avant de poursuivre leur route vers la petite Koh Tao. Les bateaux sont remplis de plongeurs de toute nationalité, certains clubs de plongée de Koh Samui organisent même des sorties journalières à Koh Tao, et le pont du bateau arbore une collection incroyable de T-shirt aux couleurs des centres de plongées locaux. Pour peu que vous y alliez pendant la bonne période, les requins baleine ne sont pas rares entre les îles. Malheureusement, nous nous sommes brûlés les yeux à scruter la surface de l’eau et pas un seul n’a montré le bout de son nez.

Après deux heures de navigation, Koh Tao est en vue et on se croit arrivés aux Seychelles. Les plages et la jungle sont en effet parsemées d’énormes roches sombres et toutes rondes qui contrastent avec le sable blanc. L’île, restée inhabitée jusqu’en 1992, a profité de l’essor du tourisme et en particulier de la plongée en scaphandre pour se développer. Au départ, seul un club s’implante défiant ainsi le manque d’infrastructures (il n’y avait même pas une route sur l’île !). Mais comme souvent dans ces cas là, le développement de l’île est fulgurant et ce sont maintenant des centaines de bungalows que l’on devine le long des plages et dans la jungle.

L’embarcadère, autrement dit un gros ponton de bois, où les bateaux accostent à Mae Haad Pier symbolise à lui seul le côté très « roots » de cette île, où plus aucun bungalow n’a d’électricité dès que le jour se lève. La petite centrale électrique récemment construite ne produisant pas suffisamment d’énergie pour tout le monde, à chacun de se rationner ! Koh Tao signifiant Ile de la Tortue en thaï, une sculpture géante de tortue marine, posée sur un rocher recouvert à marée haute, vous accueille à gauche du minuscule port sur Sairee Beach. La « ville » de Mae Haad Pier se résume en fait à trois rues un peu déglinguées bordées de commerces et de location de « motobike », le seul moyen de transport un peu près viable sur l’île. Pour le logement, le voyageur à l’embarras du choix. Des dizaines de structures hôtelières se partagent les touristes. Il y en a pour absolument tous les prix et tous les goûts. Mais c’est l’absence de grands bâtiments qui fait cependant le charme de cette île, les logements ne se faisant exclusivement qu’en bungalows. Ces derniers vont du plus luxueux au plus minable. Bizarrement ce sont les moins chers qui ont les meilleurs emplacements, à savoir sur la plage, sous les cocotiers, à trois mètres de la mer. Mais par contre, comme il est bien connu qu’on ne peut jamais tout avoir, oubliez le confort … Attention cependant aux arnaques ! On ne manquera pas de vous proposer des nuits dans des bungalows gratuits à condition de faire minimum 3 plongées dans le centre affilié à la structure, ou alors 2 plongées et un baptême, etc… ce qui revient en fait plus cher que de payer un bungalow. Cette île ne vivant que pour et grâce à la plongée, quasiment toutes les structures hôtelières sont affiliées à un club et inversement. Si vous n’avez pas réservez à l’avance, vous n’aurez aucun mal à trouver votre bonheur, moyennant quelques centaines de mètres à pied le long de la plage.

Outre les innombrables clubs PADI qui proposent toutes les formations et plongées imaginables, que nous n’avons pas testés, certains proposent des sorties snorkeling à la journée. Le principe est très simple : un 4×4 vient vous chercher le matin à votre bungalow (ou le plus près possible du moins car tous les chemins ne sont pas vraiment praticables), après un bref passage au centre où chacun choisi son matériel, direction le petit port où un pêcheur vous attends dans son long-tail boat. Ce genre de bateau traditionnel, littéralement « longue-queue », porte très bien son nom. Avec une coque en bois effilée et un énorme et antique moteur pourvu d’un arbre à hélice disproportionné il assure le côté pittoresque de la balade. Ce genre d’embarcation étant assez étroite, nous ne sommes qu’une petite dizaine de « snorkeleurs » à bord. En une journée, vous ferez tout le tour de l’île et plongerez dans 6 ou 7 sites différents.

La première de nos plongées matinales s’effectue à Shark Bay. Autant dire que ça commence fort ! Dans 5 m. d’eau et dans une visibilité plus mauvaise que partout ailleurs sur l’île, il suffit de sauter à l’eau pour se retrouver presque nez-à-nez avec des requins pointes noires, allant du bébé trop mignon au gros costaud. Le brouillard de particules environnant empêche de les compter, mais une chose est sûre vous en verrez plus en 20 minutes de PMT que dans bien des plongées en scaphandres ! La durée des explorations n’est pas limitée et le bateau ne repart que quand tout le monde est remonté à bord.

La prochaine destination, à 5 minutes de bateau à peine, est Shark Island, un îlot rocheux au sud de l’île. Là, l’eau est limpide et la faune omniprésente. De grosses anémones violettes abritent des couples de poissons clowns et leur marmaille, timide mais curieuse. Les sergents-major se comptent par milliers tandis que les oursins forment de longues chaînes en se mettant à la queue leu-leu sur le fond. On aperçoit même de gros barracudas entre deux eaux. L’escale suivante à lieu à Aow Leuk Bay. Ce site, très peu profond, se constitue d’un grand platier de corail où de nombreux poissons d’espèces différentes viennent se nourrir. Ici, les couleurs sont moins chatoyantes et on ne voit pas les omniprésentes anémones et leurs petits compagnons à écailles. Par contre, les poissons perroquets sont absolument énormes et on les entend dévorer le corail bruyamment. Les grosses porcelaines ne sont pas rares non plus. Mais ne les ramasser pas ! Il suffit d’observer un peu ces coquillages pour les voir sortir le bout de leur nez, où plutôt de leurs yeux, perchés au bout de drôles de petites tentacules.

Le tour de l’île continue à Tanote Bay. Avant de se remettre à l’eau, une pause repas est organisée à bord, elle est bien vite engloutie puisque nos amis à branchies nous attendent et nous narguent. En effet les quelques bateaux longue-queue présents dans la baie sont littéralement assiégés par des milliers de sergents-major qui ont l’air habitués à recevoir un ou deux grains de riz jetés par dessus bord. Ce site possède un magnifique relief particulièrement adapté au snorkeling puisque la ballade s’effectue au milieu de gros rochers arrondis genre Seychelles. La profondeur varie donc de quelques dizaines de centimètres à une quinzaine de mètres : de quoi ravir tous les genres d’apnéistes. Les patates de corail sont littéralement recouvertes de « christmas three », ces petits vers forment des bouquets multicolores qui disparaissent au moindre courant d’air.

L’escale suivante se fait à Mango Bay. Cette partie de l’île, accessible uniquement en bateau, est complètement inhabitée. L’eau est moins claire que sur les sites précédents mais les bancs de poissons et la multitude de bénitiers aux couleurs fluo égayent la plongée. Un peu plus loin, la dernière mise à l’eau s’effectue au Japanese Garden. Ce site, très justement nommé, offre au regard une étonnante diversité de coraux mous et durs, qui forment, avec les énormes anémones qui les recouvrent un jardin sous-marin magnifique. Il se trouve à l’est de l’ensemble formé par l’île de Nanguyan et l’îlot des Twin Rocks, une bande de sable blanc reliant l’île aux rochers. C’est un vrai coin de paradis, malheureusement privé, où vous n’aurez pas le droit de mettre un pied à moins d’avoir réservé un bungalow et des plongées avec le club qui s’est offert l’île.

Nous finissons cette journée avec la certitude que la randonnée PMT est un moyen très ludique et agréable de faire découvrir les merveilles du monde sous-marin, non seulement aux plongeurs confirmés, mais également aux néophytes. Ce mode d’exploration est même particulièrement adapté aux plus jeunes ou aux personnes ressentant une appréhension à l’idée de mettre un détendeur en bouche, mais néanmoins curieux d’aller voir les poissons de plus près. Pour preuve, nous étions trois à vivre cette journée passionnante, dont deux non-plongeuses, et toutes nous sommes revenues comblées. Il est important de noter que la randonnée PMT peut également se pratiquer à partir du bord, dans la partie sud de Kho Tao, à condition de bien vouloir parcourir les chemins plutôt escarpés de l’île en scooter de location. Poussée d’adrénaline garantie ! Il serait cependant dommage de ne pas profiter au moins une fois des magnifiques vues de la côte que la balade en bateau offre.

De retour à Mae Haad Pier en fin d’après-midi, nous n’avons qu’un seul regret : celui de n’avoir pas croiser le chemin d’une seule tortue ! La grosse sculpture posée tranquillement sur le sable de Sairee Beach semble soudain se moquer gentiment de nous…

Prolongez les vacances : Bons plans hôtels en Corse à découvrir par ici !

You May Also Like

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>